Home Blog Page 20

Kia Seltos 2021 : un premier aperçu convaincant

Kia Seltos 2021


  • Le Kia Seltos 2021 se détaillera à partir de 22 995 $ au Canada
  • Deux motorisations disponibles, rouage intégral en option
  • Beaucoup de caractéristiques de série; le Seltos EX à 27 595 $ devrait être le plus populaire de la gamme

MONTRÉAL (Québec) – Oui, un autre petit VUS s’apprête à arriver sur le marché, et cette fois-ci, c’est le Kia Seltos 2021 qui cherchera à s’approprier une part du gâteau dans un segment en constante expansion. On l’a vu pour la première fois au Salon de Los Angeles en novembre dernier, et il effectue ses débuts canadiens au Salon de l’auto de Montréal cette semaine.

Le Seltos remplira l’espace entre le Kia Soul et le Kia Sportage dans la gamme de la marque, qui comprend également le Niro compact électrifié ainsi que les VUS intermédiaires Sorento et Telluride. Un modèle sous-compact à rouage intégral manquait à l’appel ici, et il y a deux ans quand Hyundai a dévoilé le Kona, Kia a présenté un modèle similaire nommé le Stonic, qui n’a jamais été commercialisé en Amérique du Nord, puisque le Seltos figurait vraisemblablement déjà dans les plans.

Première impression : le Kia Seltos 2021 est un gros sous-compact – presque aussi gros que le Sportage. En fait, ce dernier est plus long de 110 mm, plus large de 55 mm et repose sur un empattement de 40 mm plus long. Par contre, le Seltos affiche un meilleur dégagement pour la tête à l’avant, autant d’espace pour les jambes avant et arrière ainsi qu’un volume de chargement plus élevé lorsque les dossiers arrière sont rabattus, selon les fiches techniques de Kia. En ce qui concerne la soute à bagages, on parle d’un volume au sommet de sa catégorie.

Il y a beaucoup, beaucoup de concurrents, et quelques-uns sont tout aussi nouveaux, comme le Buick Encore GX, le Chevrolet Trailblazer et le Mazda CX-30. On peut aussi nommer le Honda HR-V, le Nissan Qashqai, le Subaru Crosstrek et le Hyundai Kona.

Un choix de deux moteurs est proposé. Les versions LX, EX et EX Premium sont équipées d’un quatre cylindres de 2,0 litres développant 147 chevaux et un couple de 132 livres-pied, connecté soit aux roues avant, soit à un rouage intégral par l’entremise d’une boîte automatique à variation continue – Kia appelle la sienne IVT. Le Seltos SX obtient un quatre cylindres turbocompressé de 1,6 litre et une boîte automatique à sept rapports avec double embrayage, l’intégral par défaut, pour une puissance de 175 chevaux et un couple de 195 livres-pied.

On s’y attend dans un tout nouveau véhicule utilitaire, le Kia Seltos 2021 est disponible avec une longue liste de caractéristiques. La déclinaison LX de base inclut une sellerie en tissu, des sièges avant chauffants, un climatiseur, un télédéverrouillage à distance, un régulateur de vitesse, une surveillance des angles morts, une alerte de trafic transversal arrière, une alerte de présence d’occupants à l’arrière, des roues en alliage de 16 pouces, des antibrouillards, des gicleurs de lave-glace chauffants ainsi qu’un système multimédia avec écran tactile de huit pouces et intégration Apple CarPlay/Android Auto. C’est beaucoup de contenu pour un prix de base de 22 995 $, excluant les frais de transport et de préparation.

La LX avec rouage intégral à 24 995 $ obtient des roues de 17 pouces, alors que la version EX à 27 595 $ — laquelle devrait être le plus populaire de la gamme – comprend un avertissement de précollision frontal, une prévention de sortie de voie, des feux arrière à DEL, un toit ouvrant, une clé intelligente, un climatiseur automatique avec trois réglages d’intensité, une sellerie en cuir Sofino, un volant chauffant et plus.

La EX Premium à 30 595 $ profite d’un freinage autonome d’urgence, d’une assistance à la conduite sur l’autoroute, de phares à DEL, d’un siège du conducteur à réglage électrique, de sièges avant ventilés et arrière chauffants, d’un régulateur de vitesse adaptatif, d’une recharge de téléphones par induction, d’un écran tactile de 10,25 pouces et bien plus. Finalement, la SX à 32 595 $ mise sur des roues de 18 pouces, un affichage tête haute, une chaîne audio Bose avec éclairage d’ambiance dans les haut-parleurs, des essuie-glaces à capteur de pluie et le moteur turbo.

Le Kia Seltos 2021 sera en vente au Canada ce printemps, mais les consommateurs peuvent le commander dès maintenant sur le site de Kia. Avec un design moderne, beaucoup d’espace intérieur pour un modèle sous-compact et une pléthore d’équipement pour le prix demandé, ce nouveau VUS devrait grignoter des parts de marché de ses rivaux – et même voler des ventes au Sportage. De plus, les gens de Kia ont dit que la valeur résiduelle projetée de Seltos être très bonne, se traduisant par des mensualités de location plus basses.

Premier essai routier du Mazda CX-30 2020 : il fait presque tout ce qu’il faut

Il y a quelques éléments que Mazda réussit vraiment. Dans les segments dans lesquels ils concourent, les véhicules Mazda sont généralement les plus amusants à conduire. Ils ont également tendance à être parmi les options les plus haut de gamme que les acheteurs peuvent envisager. De plus, ils offrent un mélange attrayant de performance et d’économie de carburant.

Là où ils ont du mal à suivre leurs rivaux, c’est au département de l’espace. Que nous parlions de la Mazda3 ou du Mazda CX-9, il s’agit l’un des plus petits modèles dans leurs segments respectifs. On peut en dire autant des Mazda CX-5 et Mazda CX-3. Les deux sont excellents à bien des égards, mais ils ne peuvent pas rivaliser avec leurs concurrents en matière de polyvalence et d’espace intérieur. Se présente le Mazda CX-30 2020.

Le Mazda CX-30 n’est pas destiné à remplacer le CX-3, du moins pour l’instant. C’est plutôt un pont entre le CX-3 et le CX-5 avec un peu plus d’espace que le premier, mais plus petit et plus abordable que le second. Le CX-3 est l’un des plus petits véhicules utilitaires sous-compacts que vous pouvez acheter, et cela a eu un impact direct sur les ventes. La mission du CX-30 est de donner aux acheteurs de ce segment une option plus spacieuse tout en restant fidèle à l’ADN de Mazda centré sur des véhicules plus raffinés que la moyenne à leur prix et plus agréables à conduire.

2020 Mazda CX-30 First Drive
2020 Mazda CX-30

Deux moteurs, trois versions pour le Mazda CX-30 2020

Mettons les spécifications de côté dès maintenant. Le CX-30 offre les mêmes moteurs que ceux que l’on retrouve dans la Mazda3 Sport à hayon, un quatre cylindres de 2,0 litres qui fournit 155 chevaux et 150 livres-pied de couple. Ce moteur sera disponible dans la version GS d’entrée de gamme à partir de 23 950 $ pour les modèles à traction avant et 25 950 $ pour les modèles à traction intégrale. Les modèles GS et GT comporteront une option plus puissante de quatre cylindres de 2,5 litres avec 186 chevaux et 186 livres-pied de couple.

Le Mazda CX-30 GS commence à 26 650 $ avec traction avant et 28 650 $ avec transmission intégrale. La GT commence à 33 850 $ et n’est livrée qu’avec une traction intégrale.

Coûteux ? Eh bien, le CX-30 coûte environ 4000 $ de moins qu’un CX-5 avec un équipement équivalent, et plus important encore, il est moins cher qu’un Honda HR-V ou un Subaru Crosstrek. C’est cependant quelques milliers de dollars de plus qu’une Nissan Qashqai ou une Hyundai Kona. Ils visent dans le mille, à l’exception peut-être de la finition GT haut de gamme qui est parmi les modèles les plus chers du segment.

2020 Mazda CX-30 First Drive
2020 Mazda CX-30

En revanche, il existe de nombreuses fonctionnalités pour justifier le prix. Les modèles d’entrée de gamme sont livrés de série avec un accès sans clé, la climatisation, des sièges avant chauffants, un écran tactile central de 8,8 pouces avec Apple CarPlay et Android Auto, une surveillance des angles morts et une alerte de circulation transversale arrière. En ce qui concerne les modèles de base dans son segment, le CX-30 ne manque pas de valeur. Le modèle GS ajoute un volant chauffant et une gamme de technologies avancées de sécurité active telles que le freinage automatique avec détection des piétons, l’avertissement de sortie de voie, l’assistance au maintien de voie, l’alerte d’attention du conducteur et le régulateur de vitesse radar avec fonction Stop and Go. Vous bénéficiez également d’un climat à deux zones.

La garniture GT ajoute des sièges en cuir, un système audio haut de gamme Bose, plus de technologie de sécurité, un système d’éclairage avant adaptatif, des roues de 18 pouces et des garnitures exclusives, entre autres caractéristiques. Si c’était moi, j’irais avec la version GS à transmission intégrale. C’est là que se trouve la vraie valeur. Maintenant, la grande question, comment se conduit-il ?

Au volant du Mazda CX-30 2020

La réponse courte serait : comme une Mazda. Le constructeur automobile japonais a une façon de rendre ses voitures et VUS amusants et connectés à la route comme peu d’autres le sont. Le CX-30 inspire confiance et conduit comme une Mazda3 Sport. Vous oubliez rapidement que vous êtes techniquement dans un véhicule utilitaire sport. Les seuls modèles qui se rapprochent du comportement de conduite du CX-30 sont le Crosstrek et le Kona. Les autres se sentiront trop mous et déconnectés pour les acheteurs qui aiment conduire. De plus, le confort du CX-30 est impressionnant.

Mazda a mis beaucoup d’efforts pour réduire la dureté et rendre la cabine silencieuse, et ça se voit. Nous avons passé des heures au volant du CX-30 à aller de San Diego à Palm Springs, une route qui vous emmène en haut des montagnes puis dans le désert sur des routes droites et sinueuses. Le CX-30 s’est comporté admirablement dans toutes les situations.

C’était également agréable de voir que Mazda a conçu un tout nouvel intérieur pour le CX-30. Il ne s’agit pas d’une reproduction du CX-3 ou du Mazda3. Il présente son propre design et bien que le tableau de bord puisse être un peu volumineux pour certains, la disposition générale est propre, raffinée et fonctionnelle. Le système d’infodivertissement est facile à naviguer. Il y a beaucoup d’espace de stockage et la qualité des matériaux est supérieure à la moyenne.

2020 Mazda CX-30 Interior

Cela dit, je ne suis pas convaincu que Mazda ait résolu son problème de polyvalence. Le CX-30 est toujours plus petit en ce qui concerne l’espace arrière et la capacité de chargement. Mazda ne nous a pas donné les chiffres exacts de l’espace de chargement, et je ne pense pas que ce soit une coïncidence. Une fois sorti, le CX-30 se classera probablement parmi les options les moins spacieuses de son segment. Certes, il y a plus d’espace dans la Mazda que dans une Kona ou un CX-3, mais c’est tout. D’autres VUS sous-compacts offrent plus de polyvalence.

Mot de la fin

Nous revenons donc au problème initial qui a frappé le CX-3, le CX-5 et le CX-9. Cependant, le CX-30 est une réelle amélioration par rapport au CX-3 et cela pourrait suffire à convaincre les acheteurs, car, à l’exception d’avoir besoin d’un peu plus d’espace intérieur, le Mazda CX-30 2020 est agréable à conduire. Il est économe sur le carburant, plus luxueux que ses concurrents, confortable et il a le type d’équipements que les acheteurs recherchent.


Le Mazda CX-30 2020 en images

 

Le prochain Cadillac Escalade aura un écran de 38 pouces!

General Motors est en mode renouvellement en ce qui a trait à ses gros VUS pleine grandeur. La semaine dernière, le géant américain a levé le voile sur la nouvelle génération de son tandem Chevrolet Tahoe / Suburban 2021. Les deux modèles renouvelés d’un bout à l’autre comportent notamment une suspension arrière indépendante et même une motorisation turbodiesel à six cylindres en ligne en option.

La suite de l’histoire aura lieu à la mi-janvier alors que GM dévoilera son tandem composé des GMC Yukon et GMC Yukon XL, eux aussi de l’année-modèle 2021. Puis, en février, ce sera au tour du Cadillac Escalade d’être présenté à la presse automobile, le modèle le plus prestigieux qui pourrait même recevoir une motorisation entièrement électrique si on se fie aux rumeurs apparues sur le web depuis quelques jours. On verra bien si celles-ci sont fondées, le nouvel Escalade qui arrivera juste à temps pour la Saint-Valentin, le 4 février pour être exact.

Si les spéculations peuvent continuer jusqu’au moment du dévoilement, on sait déjà que le plus imposant des VUS Cadillac sera équipé d’un écran à diodes électroluminescentes d’une grandeur de 38 pouces (!) dans sa diagonale la plus longue, Cadillac qui vient de publier cette courte vidéo montrant la planche de bord assombrie du véhicule.

Mais, ce n’est pas tout, car cet écran sera également courbé autour du conducteur, à la manière des téléviseurs dernier cri. Cadillac mentionne déjà dans cette très courte vidéo que cet écran aura une clarté aussi nette qu’une télévision 4K, ce qui devrait se traduire par une image de  qualité supérieure devant les occupants des places avant.

Bref, la domination du Cadillac Escalade dans le segment des gros VUS de luxe risque de continuer pendant quelques années encore, le constructeur qui prend les moyens pour attirer un public avide de technologies. Quant à cette possibilité de voir apparaître une motorisation entièrement électrique à bord du véhicule, elle est définitivement à prévoir, même si les bonzes de la division refusent pour le moment de le confirmer.

En développement : un Jeep plus petit que le Renegade?

C’est un discours qu’on entend quotidiennement depuis quelques mois, voire même quelques années : « les constructeurs automobiles cherchent à couvrir chaque créneau inimaginable lorsqu’il est question de véhicules utilitaires ou de multisegments ». Même un constructeur exclusivement composé de VUS comme Jeep continue d’explorer de nouvelles avenues.

On sait d’ores et déjà que l’alignement de Jeep va s’agrandir vers le haut avec au moins deux nouveaux modèles plus cossus d’ici quelques années, mais qu’en est-il de l’autre portion de l’alignement de la marque américaine? Il semble qu’il y ait encore un peu d’espace sous le Jeep Renegade, le VUS qui occupe le titre de véhicule d’entrée de gamme au moment d’écrire ces lignes. Le constructeur a même révélé dernièrement que l’électrification allait devenir partie intégrante de son alignement au grand complet d’ici 2022.

En entrevue avec le magazine britannique Auto Express, le directeur marketing de Jeep Europe, Marco Pigozzi, a révélé qu’un nouveau VUS ultra-compact était actuellement en phase de développement, ce futur produit qui viendrait se positionner dans la même catégorie que le Suzuki Jimny (pour ne nommer que celui-là), un minuscule 4×4 encore distribué à l’extérieur de l’Amérique du Nord.

Il est bien entendu trop tôt pour savoir si Jeep a l’intention d’élargir son portfolio de manière aussi prononcée, dans un marché nord-américain où tout ce qui est gros et logeable connaît du succès. Ce qui laisse croire à une commercialisation probable chez nous toutefois, c’est le fait que Jeep ne veut pas développer un véhicule de compromis. Ce Jeep plus petit qu’un Renegade devra être capable de s’aventurer loin des sentiers battus malgré ses dimensions réduites.

L’alliance – elle aussi probable –  avec le groupe PSA pourrait s’avérer favorable à l’intégration d’un tel modèle au sein de la gamme Jeep, le constructeur français qui compte déjà quelques plateformes sous-compactes. Et puisque Jeep a l’intention d’électrifier toute sa gamme d’ici 2022, ce futur modèle risque lui aussi d’être aidé par la technologie électrique d’une manière ou d’une autre.

Un moteur turbodiesel à bord des nouveaux Chevrolet Tahoe et Suburban 2021

Le constructeur Chevrolet a procédé au dévoilement officiel de ses deux véhicules utilitaires pleine grandeur au Little Ceasars Arena, domicile des Red Wings de Détroit. Les nouveaux Chevrolet Tahoe et Suburban 2021 ont bien entendu eu droit à une refonte de leur silhouette, de leur châssis et de leur habitacle. Après tout, un VUS de cette trempe se doit d’être à la hauteur des attentes dans un créneau où un modèle de base commande souvent plus de 50 000 $ à l’achat.

Si la venue d’une suspension indépendante ou même la disponibilité d’une suspension à air est bienvenue, c’est l’ajout d’une mécanique moins commune au sein de la catégorie qui retient l’attention ici : un moteur 6-en-ligne turbodiesel. En effet, les ingénieurs ont repris le moteur diesel Duramax récemment implanté à bord des camionnettes légères du groupe. Le 6-cylindres livre une puissance de 277 chevaux et un couple optimal de 460 lb-pi. L’engin est accouplé à une boîte automatique à 10 rapports, l’unité qui est d’ailleurs la seule option de boîte de vitesses à bord des autres versions des deux utilitaires. Finalement, le rouage intégral fait partie de l’équipement de série du tandem 2021.

Il sera intéressant de voir quelle sera la réponse du public canadien face à une telle mécanique à bord d’un véhicule aussi gros. Mais, pour ceux et celles qui voudraient sauver à la pompe sans sacrifier les capacités de remorquage, le 6-en-ligne risque d’être tout indiqué.

Pour les autres, Chevrolet va continuer d’offrir ses deux moteurs V8 atmosphériques qui ont été révisés pour l’année-modèle 2021. Les premiers exemplaires du Tahoe et Suburban 2021 sont attendus au deuxième trimestre de 2020.

Et si le Jeep Grand Commander PHEV s’amenait chez nous?

Au moment d’écrire ces lignes, la stratégie d’électrification de la marque Jeep est encore bien maigre. Le constructeur américain a bel et bien confirmé l’arrivée d’une livrée hybride rechargeable du modèle phare, le Jeep Wrangler, tandis qu’en Europe, le Jeep Renegade est désormais disponible avec un câble de recharge pour épauler sa mécanique thermique.

Toutefois, si Jeep veut attirer une clientèle sensible aux changements climatiques, il va falloir accélérer le pas en ce sens. Heureusement, en Chine, le virage hybride électrique est entamé avec le Jeep Grand Commander hybride rechargeable, le grand multisegment qui donne une idée de ce à quoi il faut s’attendre pour l’avenue hybride rechargeable de ce côté-ci de l’Océan Pacifique. D’ailleurs, il est permis de spéculer sur sa venue en Amérique du Nord.

L’utilitaire à trois rangées de sièges reprend le même moteur 4-cylindres GME-T4 utilisé sous le capot de l’Alfa Romeo Giulia ou même du Jeep Wrangler (pour ne nommer que ces deux-là), mais fait équipe avec deux moteurs électriques, ce qui autorise une autonomie théorique de 70 km en mode électrique seulement selon les dires du conglomérat GAC-FCA.

De plus, l’autonomie totale serait d’environ 900 km avec une consommation de carburant pouvant atteindre 1,6 L/100 km.

Il faudra maintenant surveiller si ce modèle – ou même une variante Chrysler ou Dodge – est destiné à fouler les routes nord-américaines. La marque Jeep, comme les autres divisions du groupe FCA, a besoin d’un électrochoc en ce sens, et ce, même si la marque demeure très populaire aux États-Unis et au Canada.