Home Blog Page 10

CONSEILS: Ce que vous devez faire, et ne pas faire, en cas de crevaison

0

Une crevaison ne survient jamais au bon moment, il n’y a aucun doute là-dessus. Certains ont réussi à échapper à la malchance pendant plusieurs années tandis que d’autres ont été contraints à devoir remplacer leur pneu dans la pluie, la neige, la nuit…

Malheureusement, lorsque vous sentez que votre véhicule est soudainement plus difficile à contrôler, que sa tenue de route semble compromise et que le volant vibre soudainement sous vos mains, vous devez vous résigner à arrêter sur le côté de la route afin de constater le problème. Et si vous voyez qu’il y a effectivement une crevaison, c’est le moment de tout tasser dans le coffre afin d’accéder au cric.

« Il n’est jamais bon de rouler sur un pneu crevé. Parfois, il se peut que ce ne soit qu’une simple fuite d’air que nous puissions temporairement réparer avec un produit scellant spécialisé, mais sinon il faut éviter de rouler avec notre pneu dégonflé, trouver un endroit sécuritaire et remplacer la roue… ou appeler l’assistance routière », affirme un technicien chez Excel Honda.

Rouler avec une crevaison met non seulement votre sécurité en péril, mais cela peut aussi occasionner d’autres problèmes, comme endommager la roue et même la suspension. Votre pneu est le seul point de contact entre votre véhicule et la route, il est important de le rappeler. S’il est dégonflé, alors soudainement la roue de votre véhicule entre en contact avec le bitume, et les résultats, vous pouvez l’imaginer, ne sont pas positifs.

Donc, la première étape est de trouver un endroit sécuritaire pour vous garer. Ensuite, assurez-vous que le véhicule est placé sur un endroit plat. Calez ensuite les roues qui n’ont pas besoin d’être remplacées, et desserrez partiellement les boulons de la roue qui doit être remplacée. Placez le cric au point de levage approprié et soulevez le véhicule. Retirez les boulons et la roue, et placez l’autre roue. Resserrez les boulons et vous pouvez reprendre la route.

Finalement, lorsque vous devez remplacer le pneu, il est toujours sage de vous assurer que les autres pneus soient encore en bon état afin d’éviter de rouler avec trois pneus usés et un tout neuf.

CONSEILS: Ces technologies qui aident à réduire la consommation de carburant de notre véhicule

0

Les véhicules modernes sont de plus en plus efficaces sur le plan de la consommation d’essence, particulièrement lorsqu’ils sont équipés des technologies dans la liste suivant. Ainsi équipé, votre véhicule sera en mesure de vous surprendre à tout coup avec son économie d’essence.

Le mode de conduite écologique

De plus en plus de véhicules offrent un dispositif qui permet de sélectionner un mode de conduite soit plus sportif ou plus confortable, et la plupart de ces dispositifs ont également un mode de conduite économique ou écologique. Ce dernier ajuste les paramètres du moteur, de la transmission, de l’accélérateur et parfois de la climatisation afin d’assurer une économie de carburant optimale.

Offert sur plusieurs véhicules neufs, le mode de conduite écologique fait en sorte qu’il est plus facile de conduire de manière à réduire la consommation d’essence.

Les moteurs turbocompressés

Si un véhicule particulier vous intéresse et vous voyez qu’il est équipé d’un moteur turbocompressé, il ne faut pas craindre une consommation d’essence plus élevée. En réalité, les moteurs turbo modernes sont souvent sélectionnés parce que justement, ils permettent d’obtenir une meilleure consommation d’essence tout en offrant des performances similaires ou même supérieures à moteur à aspiration normale de même cylindrée.

L’injection directe

L’injection directe est une technologie qui est en mesure d’injecter de l’essence directement dans les cylindres du moteur ce qui fait en sorte que le mélange air-essence brûle plus efficacement et plus complètement.

La désactivation des cylindres

La désactivation des cylindres se voit plus souvent sur des moteurs V8, mais certains moteurs à six cylindres en sont également dotés. Cette technologie permet ultimement de réduire la consommation du moteur lorsque le conducteur n’a pas besoin de toute la puissance de l’ensemble des cylindres, comme sur l’autoroute par exemple. En désactivant quatre des 8 cylindres d’un moteur, par exemple, il est possible d’obtenir une bien meilleure économie d’essence tout en ayant la puissance totale du moteur à notre disposition.

Merci à Action Mitsubishi pour leurs conseils.

Un troisième utilitaire purement électrique pour Alfa Romeo?

Au moment d’écrire ces lignes, la division Alfa Romeo n’a toujours pas de véhicule électrifié au sein de sa flotte. Or, tout ceci pourrait bientôt changer alors que la marque italienne prépare l’arrivée d’un petit frère hybride rechargeable au multisegment Stelvio, le prototype Tonale dévoilé en 2019 qui donnait un bon aperçu de ce à quoi il fallait s’attendre de ce futur utilitaire aux dimensions réduites.

Il semble que ce futur Tonale (attendu en 2021) n’est pas le seul véhicule à caractère utilitaire à se retrouver dans la boule de cristal d’Alfa Romeo, du moins si on se fie à un article paru sur le site du magazine britannique Autocar. La publication avance qu’un troisième VUS est prévu et que ce dernier pourrait passer directement à la propulsion purement électrique. L’article en question parle d’un véhicule qui aurait des proportions similaires au Audi Q2, un modèle qui ne fait pas partie de l’alignement nord-américain. Pensez notamment au BMW X1 ou au MINI Countryman comme véhicules équivalents de ce côté-ci de l’Atlantique.

La prédiction d’Autocar ne surprend pas au moment même où le groupe FCA est en pourparlers avec le géant français PSA pour former le quatrième groupe automobile de la planète. S’il est clair que FCA a pris du retard quant à son électrification, son homologue français est justement un partenaire idéal pour corriger cet écart technologique.

Le troisième utilitaire serait prêt pour l’année-modèle 2022, complétant du même coup l’alignement principal d’Alfa Romeo. Rappelons que le constructeur a dû revoir à la baisse le nombre de nouveaux modèles qu’il envisageait lors du dernier plan de relance. Si ces nouveaux véhicules utilitaires ramènent la marque du bon côté de la profitabilité, Alfa Romeo pourrait bien se remettre à produire des voitures sport, une rumeur qui fera plaisir aux aficionados.

Ce petit utilitaire électrique italien comporterait donc plusieurs composantes françaises, les divisions Peugeot et DS qui ont déjà une plateforme dédiée à l’énergie électrique. Reste maintenant à savoir si ce dernier joueur du trio utilitaire traversera l’océan pour épauler la Giulia, le Stelvio et le Tonale à venir. Toutefois, avec l’engouement nord-américain pour tout ce qui porte la mention utilitaire, il est permis de croire à son arrivée chez nous.

Ford Transit Connect 2020 : une vraie fourgonnette?

Ford Transit Connect 2020


  • Le Ford Transit Connect 2020 se détaille à partir de 33 055 $ avant les frais de transport et de préparation.
  • De la place pour sept, la conduite d’une voiture, aspect utilitaire indéniable.
  • Aussi cher qu’une fourgonnette ou qu’un VUS intermédiaire, mais moins confortable.

Même si le côté pratique d’une fourgonnette est indéniable, les consommateurs préfèrent composer avec les capacités moindres d’un VUS, qui fait évidemment beaucoup plus tendance. Si Ford a semblé avoir jeté l’éponge sur ce segment de marché lorsqu’elle a abandonné son vénérable Freestar il y a déjà quelque temps, elle propose toujours une fourgonnette aujourd’hui, en quelque sorte, soit le Ford Transit Connect 2020.

N’est-ce pas un fourgon commercial? En effet, et ce modèle concurrence les Ram ProMaster City et Nissan NV200 chez nous. La différence, c’est que le Transit Connect est disponible en version tourisme, pouvant asseoir jusqu’à sept passagers. Comment se compare-t-il vis-à-vis les quelques fourgonnettes encore sur le marché, comme la Dodge Grand Caravan, la Chrysler Pacifica, la Honda Odyssey, la Kia Sedona et la Toyota Sienna?

D’abord, le Ford Transit Connect 2020 repose sur un empattement similaire à celles des fourgonnettes « conventionnelles », mais sa carrosserie est un peu plus courte, beaucoup plus étroite, et sa ligne de toit est légèrement plus élevée. Il est équipé de portes latérales coulissantes, sans toutefois aucune assistance électrique. Sa partie arrière plate se solde par un hayon plat et droit, qui nécessite beaucoup de dégagement pour s’ouvrir complètement.

Sans surprise, on retrouve beaucoup d’espace pour la tête, et ce, dans les trois rangées, et les passagers à l’avant bénéficient d’un plus grand dégagement pour les jambes que chez la concurrence. La largeur réduite signifie également les pires mesures pour les épaules et les hanches dans le monde des fourgonnettes, mais en ligne avec celles du ProMaster City – qui propose aussi une version tourisme, mais seulement avec une banquette à trois places à l’arrière.

Qu’à cela ne tienne, les ados ont apprécié l’espace et le confort des sièges arrière, alors que notre Ford Transit Connect 2020 à l’essai était muni de sièges individuels à la deuxième rangée, pour une capacité de six passagers. Disons que l’espace pour la tête donne une meilleure impression de grandeur que la largeur de l’habitacle.

Besoin de transporter de gros objets? La version tourisme du Transit Connect peut aussi s’avérer pratique en abaissant tous les sièges arrière, qui se rabattent du mieux qu’ils peuvent pour former un plancher plat. Contrairement aux fourgonnettes ordinaires, ils ne disparaissent pas dans le plancher, et pour cette raison, l’aire de chargement n’est pas aussi haute que dans la version purement utilitaire – soit 1 099 millimètres contre 1 264. Ce que votre humble serviteur a constaté lors d’une tentative de déménagement d’une laveuse et d’une sécheuse. Toutefois, en déboulonnant et retirant les sièges de troisième rangée, une tâche d’environ cinq minutes, on a pu rentrer les électros de justesse. Victoire.

Sous le capot du Ford Transit Connect 2020 se trouve un quatre cylindres de 2,0 litres produisant 162 chevaux et un couple de 144 livres-pied, jumelé à une boîte automatique à huit rapports et un rouage à traction. Une mécanique honorable, procurant des performances adéquates, même si les décollages ne sont pas aussi vifs qu’avec une fourgonnette conventionnelle. Là où le Ford tire son épingle du jeu, c’est au chapitre de la consommation, avec une cote mixte ville/route de 9,2 L/100 km, alors qu’on a conclu notre essai hivernal avec une moyenne de 10,6 L/100 km. Les flottes commerciales peuvent aussi opter pour moteur de 2,5 litres avec 169 chevaux et 171 livres-pied, assorti d’une boîte à six rapports.

On aime bien le comportement routier du Transit Connect, s’apparentant davantage à celui d’une voiture ou d’une familiale que d’une fourgonnette ou d’un VUS. Mais aussi, la visibilité que procurent le grand pare-brise et les glaces latérales surdimensionnées.

Dans l’habitacle du Ford Transit Connect 2020, on se permet même une sellerie en similicuir dans la version Titanium plus chic, de même que des sièges chauffants, un climatiseur automatique bizone à l’avant, un contrôle de la température à l’arrière, une recharge de téléphones par induction, un toit panoramique vitré, une surveillance des angles morts, un régulateur de vitesse adaptatif, un démarreur à distance, un dégivreur de pare-brise et un système multimédia SYNC 3 avec écran tactile de 6,5 pouces. Bon, certaines de ces caractéristiques figurent en option, mais quand même, on est passablement gâtés par rapport à ce qui est disponible dans le ProMaster City et le NV200.

Alors, est-ce que le Ford Transit Connect 2020 est une solution moins coûteuse pour transporter la famille? Oui et non.

D’abord, sa conduite est intéressante et sa consommation est acceptable, et il ne manque que quelques équipements désormais bien répandus, comme un volant chauffant, par exemple. Il est spacieux dans les trois rangées de sièges, et en rabattant la troisième, on obtient beaucoup d’espace de rangement.

Par contre, avec un prix de base de 33 055 $ pour la version tourisme, avant le frais de transport et de préparation, le Ford n’est pas vraiment plus abordable que les fourgonnettes conventionnelles. De plus, au moment d’écrire ces lignes, les taux d’intérêt au financement et à la location sont moins avantageux que ceux des autres produits Ford. La version Titanium essayée avec les options affiche un PDSF de 43 594 $. À ce prix, on peut obtenir une vraie fourgonnette mieux équipée et surtout, plus confortable pour les longs voyages en famille. Ou, tant qu’à faire, un VUS intermédiaire plus à la mode.

Un aperçu du Hyundai Santa Fe 2021

2021 Hyundai Santa Fe | Photo: Hyundai

Il n’y a pas seulement Kia qui prépare la refonte complète de son populaire Sorento par les temps qui courent. Cette fois, c’est au tour du Hyundai Santa Fe de recevoir un bon coup de balai à l’extérieur. En effet, le constructeur coréen vient de publier cette photo assombrie qui dévoile ce à quoi il faut s’attendre de la livrée 2021 du Santa Fe.

Si on se fie aux multiples photos de prototypes aperçus au fil des derniers mois, le modèle 2021 va conserver sa silhouette introduite en 2018, mais les deux extrémités seront fortement retravaillées. D’ailleurs, on peut déjà remarquer le nouveau langage qui s’inspire notamment de la récente berline Sonata avec une calandre encore plus imposante que par le passé et des feux de jour aux diodes électroluminescentes en forme de « T ».

Pour le moment, ce sont les seuls détails techniques à propos de ce nouveau Hyundai Santa Fe 2021. Toutefois, comme le mentionne le communiqué de la marque, le Santa Fe pourrait changer de plateforme, malgré les similitudes avec le modèle sortant. L’architecture de la Sonata pourrait en effet se retrouver sous la coquille révisée du nouveau Santa Fe, la plateforme de la berline qui est assurément plus moderne et plus flexible que celle du Santa Fe arrivé sur notre marché en 2018.

Si des ajustements sont à prévoir dans l’habitacle du Santa Fe, il est permis de croire que de nouvelles mécaniques seront également de la partie pour cette refonte de mi-parcours. À ce sujet, il ne serait pas surprenant de voir une livrée hybride ou même un Santa Fe hybride rechargeable, ne serait-ce que pour réduire l’empreinte écologique de la division coréenne en Amérique du Nord.

On en saura plus lorsque Hyundai aura dévoilé officiellement son nouveau Santa Fe 2021 au fil des prochaines semaines.

Le Ford Edge ST-Line 2020 s’ajoute à la gamme nord-américaine

2020 Ford Edge ST-Line | Photo: Ford

Plus que jamais, l’apparence d’un véhicule est primordiale pour convaincre une clientèle hésitante. L’embarras du choix en 2020 dépasse l’entendement; c’est pourquoi les constructeurs redoublent d’efforts pour étoffer leurs gammes respectives. L’une des solutions populaires depuis quelques années est de proposer un modèle intermédiaire qui reprend le style du modèle sport sans les performances ahurissantes de ce dernier.

Cette tendance fonctionne chez BMW, Mercedes-Benz et même Honda qui commercialise une Civic Sport qui a tout d’une Civic Si en apparence, mais rien de la mécanique gonflée. Le plus récent véhicule à s’inviter à cette fête de l’apparence est le Ford Edge ST-Line qui, vous l’aurez deviné, s’inspire du premier VUS de l’alignement à avoir hérité de l’écusson ST.

Le geste de Ford se justifie facilement grâce aux chiffres de ventes supérieures du modèle ST face à son prédécesseur, le Ford Edge Sport. Même s’il faut l’avouer, le modèle Sport n’était pas aussi bien outillé que le ST, il occupait la même place dans la gamme Edge. Le constructeur rapporte que 13 % des ventes du multisegment portaient l’écusson ST.

Pour le différencier du reste de la gamme, le Ford Edge ST-Line sera habillé d’une calandre exclusive, d’un bouclier exclusif (feux de jour, pare-chocs couleur caisse, phares antibrouillards de série, etc.), de jantes de 20 pouces en aluminium noir lustré, ainsi que d’un écusson ST-Line sur les ailes avant. Règle générale, le Ford Edge ST-Line est un brin plus discret que le véritable ST.

Mentionnons aussi qu’à l’intérieur, l’habitacle a droit à une sellerie munie de surpiqûres rouges, question d’ajouter un peu de piquant à l’équation. Les seuils de portières sont également agrémentés de l’écusson ST-Line.

Équipé du moteur 4-cylindres Ecoboost, de la boîte de vitesses automatique à huit rapports et du rouage intégral maison, le Ford Edge ST-Line livre tout de même une puissance de 250 chevaux (contre 335 chevaux pour le ST) et se fait plus accessible, son prix de départ qui est 8 600 $ de moins que le Ford Edge ST.

Cet ajout pour l’année-modèle 2020 n’a rien de surprenant, le constructeur de Dearborn qui voit le segment des VUS à deux rangées de sièges grossir petit à petit. Récemment, Toyota a dévoilé le Venza 2021, tandis que Honda a ramené le nom Passport en 2019. Même Chevrolet s’intéresse à ce créneau depuis le retour du Blazer l’an dernier également. Le nouveau modèle est disponible en commande dès maintenant.

2020 Ford Edge ST-Line | Photo: Ford
2020 Ford Edge ST-Line | Photo: Ford
2020 Ford Edge ST-Line | Photo: Ford