Home / Essais Routiers / PREMIER ESSAI: Chevrolet Equinox 2018

PREMIER ESSAI: Chevrolet Equinox 2018

Au moment d’écrire ces lignes, un nouveau Chevrolet Equinox décore les concessions automobiles. Le modèle, une cuvée 2018, est le troisième à voir le jour depuis les débuts du produit, en 2005. Si la première approche n’a pas laissé une bonne impression, la deuxième est venue réparer un tant soit peu les pots cassés, mais pour être franc, Chevrolet a toujours été à court d’un joueur de calibre dans le segment des VUS compacts.

Chevrolet Equinox

Un segment qui s’impose aujourd’hui comme LE plus populaire au pays.

La plus importante division de General Motors vient de déployer des efforts considérables afin de ramener son produit dans le coup.

Les avancées sont considérables et, plus que jamais, sans être devenu le meilleur de sa classe, l’Equinox est un produit recommandable. En fait, il souffre moins des comparaisons.

Regardons cela d’un peu plus près.

Un VUS compact plus… compact

Le segment des VUS compacts regorge de bons produits. Vous connaissez les principaux acteurs, soit les Honda CR-V, Toyota RAV-4, Nissan Rogue, Ford Escape et compagnie. Certains sont plus massifs que d’autres, d’autres plus agiles, certains plus jolis, etc.

La génération d’Equinox qui nous quitte souffrait d’embonpoint. La nouvelle a donc eu droit à un régime minceur. Au passage, quelque 400 livres sont disparues et le véhicule a perdu quelques centimètres en longueur, en prime. Le voilà donc plus léger et un tantinet plus maniable. Un tantinet, oui, car il demeure lourd et pataud lorsqu’on le pilote avec un peu trop d’agressivité. Et la maniabilité en prend un coup en espace restreint en raison d’un trop faible rayon de braquage.

Esthétiquement, ça demeure une question de goût, bien sûr, mais on remarquera un coup de crayon plus heureux à l’arrière qu’à l’avant.

Espace intérieur épargné

Si l’Equinox a légèrement rétréci, on a sauvé l’espace intérieur. L’une des raisons est que sous le capot, on a droit à des motorisations plus petites. On y revient.

Au moment d’écrire ces lignes, un nouveau Chevrolet Equinox décore les concessions automobiles. Le modèle, une cuvée 2018, est le troisième à voir le jour depuis les débuts du produit, en 2005. Si la première approche n’a pas laissé une bonne impression, la deuxième est venue réparer un tant soit peu les pots cassés, mais pour …

Evaluation Sommaire

Performance - 70%
Agrément de conduite - 70%
Confort - 80%
Sécurité - 90%
Espace intérieur - 75%

77%

Votre évaluation: Soyez la première à évaluer ce véhicule!

À bord, donc, on a 846 litres d’espace de chargement derrière les sièges de la deuxième rangée. Lorsqu’on rabat ces dernières pour obtenir un plancher plat, le volume grimpe à 1798 litres. Et, bonne nouvelle, on a droit à une excellente visibilité lorsqu’on effectue ses manœuvres d’angle mort; ce luxe est tristement devenu une rareté dans l’industrie.

Autrement, on a mis un accent particulier sur la présentation intérieure afin de lui ajouter une touche de classe, notamment grâce à l’ajout de matériaux plus nobles et de couleurs inspirées de ce qui est tendance côté mode.

Tout a été fait pour séduire, mais c’est principalement sur la version haut de gamme que ça se passe, celle qui sert aussi à séduire les journalistes lors de ce genre d’événements médiatiques. Attendons de voir ce que Chevrolet réserve à ses modèles d’entrée de gamme; l’historique du constructeur en la matière nous invite à la prudence.

Versions et prix

L’Equinox sera proposé en trois versions, soit LS (25 197 $), LT (28 195 $) et Premier (31 795 $).

Partout, l’équipement demeure généreux. La proposition initiale est servie avec les sièges chauffants, la caméra de recul et les systèmes Apple CarPlay et Android Auto. En sautant à l’habillage LT, on ajoute principalement des fioritures. À cela peuvent être jumelés deux ensembles, soit les Confidence & Convenience et True North. Enfin, avec le modèle Premier, les plus grincheux seront sustentés et comme si ce n’était pas assez, deux groupes d’options portant les mêmes noms peuvent aussi être ajoutés au modèle.

Ce qui est intéressant, c’est que Chevrolet a réduit ses prix tout en se montrant plus généreux au niveau du contenu. L’acheteur y trouve davantage son compte, merci à une concurrence très féroce. Une hausse prévue de la valeur résiduelle devrait aussi permettre à la division d’être plus agressive avec ses taux locatifs. À surveiller.

Au volant : une question de compromis

C’est une expérience marquée par le confort qui vous attend à bord de l’Equinox. Dès les premiers tours de roue, on note aussi un excellent niveau d’insonorisation, lequel est à peine perturbé par le travail du moteur.

Au chapitre de la visibilité, nous le mentionnions, c’est excellent et à l’avant, la sensation est renforcée par une assise plus haute que basse. En fait, les plus grands peineront à trouver une position idéale. Les places arrière sont suffisamment généreuses et proposent un bon niveau de confort également.

Du reste, le rendement de l’Equinox, à défaut d’être excitant, est rassurant et prévisible.

Conclusion

Dans l’ensemble, c’est une refonte intéressante que nous propose Chevrolet. Le produit était dû pour un changement d’importance et il y a eu droit.

Il ne reste qu’à voir quelle sera la réponse des consommateurs; la concurrence est féroce dans le segment.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut