Home / Essais Routiers / Kia Telluride 2020 : la carte verte

Kia Telluride 2020 : la carte verte

Kia Telluride 2020


  • Le Kia Telluride 2020 est offert à partir de 44 995 $ avant les frais de transport et de préparation
  • Ce VUS propose une conduite agréable et un habitacle soigneusement bien fini
  • L’un des plus spacieux dans la catégorie des VUS intermédiaires à trois rangées

En introduisant récemment le Kia Telluride 2020 sur le marché nord-américain, la marque coréenne semble avoir gagné la faveur du public en ce qui a trait à la qualité de ses produits et le sérieux de sa démarche. Dans l’industrie automobile, on peut traîner une mauvaise réputation pendant des années, voire des décennies, même si l’on s’est grandement amélioré.

Avec ce nouveau VUS intermédiaire à trois rangées, le plus gros véhicule jamais offert sur notre marché, Kia veut montrer à tous à quel point il peut rivaliser avec n’importe quelle marque populaire… et même quelques marques de luxe.

Le Kia Telluride 2020 mise d’abord et avant tout sur son design extérieur. Et à ce chapitre, c’est réussi. Ses proportions sont bien équilibrées, le véhicule affiche un air à la fois sophistiqué et costaud, et si l’on retirait les écussons Kia, bien des gens croiraient qu’il s’agit d’un produit issu d’une marque de luxe.

En effet, le Telluride peut aussi bien se mesurer aux Ford Explorer, Subaru Ascent, Toyota Highlander et Nissan Pathfinder qu’aux modèles tels que l’Acura MDX, le Buick Enclave, le Lexus RX et même le Cadillac XT6. N’oublions pas le Hyundai Palisade, cousin du Telluride avec qui il partage plateforme, mécanique et diverses technologies.

Sur le plan technique, une motorisation est disponible pour le moment dans le Kia Telluride 2020. Il s’agit d’un V6 de 3,8 litres produisant 291 chevaux et un couple de 262 livres-pied, savamment géré par une boîte automatique à huit rapports. Le rouage intégral, favorisant les roues avant en conduite normale, mais qui peut acheminer jusqu’à 50 % de la puissance disponible aux roues arrière selon le mode de conduite choisi, figure de série.

Ce moteur énergique affiche une belle sonorité lors des accélérations soutenues et permet une capacité de remorquage maximale de 2 268 kilogrammes (5 000 livres), dans la moyenne du segment. Lors de notre essai hivernal, nous avons enregistré une moyenne de 11,5 L/100 km – loin d’être spectaculaire, mais tout de même respectable. La cote mixte ville/route du Telluride est fixée à 11,2 L/100 km.

Solide et raffiné sur la route, il ne manque qu’un peu plus d’isolation pour réduire les bruits de suspension, mais ce n’est rien de déplaisant. On a beau être à bord d’un gros véhicule – alors que ses dimensions le placent au-dessus de la moyenne dans le segment des VUS intermédiaires –, on n’a aucune difficulté à se déplacer dans le stationnement du centre commercial, alors que son diamètre de braquage est similaire à celui de ses rivaux.

On obtient aussi beaucoup d’espace de chargement, rehaussé davantage par un compartiment de rangement sous le plancher à l’arrière, tapissé de surcroît. En fait, seuls le Honda Pilot, le Chevrolet Traverse et le Volkswagen Atlas peuvent faire mieux à cet égard.

Dans la deuxième rangée de notre Kia Telluride 2020 à l’essai, on avait droit à des sièges capitaine faciles à escamoter pour permettre l’accès à la banquette arrière. Cet aménagement procure une capacité de sept passagers au lieu de huit dans les déclinaisons munies d’une banquette médiane. On apprécie également les serrures de sécurité pour enfants aux portes arrière, à commande électrique, ainsi que la multitude de ports USB afin que tout le monde puisse recharger ses appareils portatifs.

Si les derrières des sièges avant sont recouverts d’un plastique reluisant et peu élégant, le reste de l’habitacle est fort impressionnant en ce qui concerne la qualité d’assemblage et le choix des matériaux. Le cuir à motif matelassé ferait bonne figure dans un véhicule de luxe allemand, tout comme le plafonnier en similisuède. L’ensemble des boutons et des commutateurs offre une sensation de solidité, sans compter qu’il est fort joli. On aime bien avoir des rangées de boutons sur la planche centrale, au lieu d’être contraint à parcourir des menus sur l’écran tactile, une distraction en conduisant.

Le souci du détail ne s’arrête pas là. Au centre de l’instrumentation du conducteur se trouve un écran en couleur sur lequel est affichée la vue de la caméra de recul, ou les caméras latérales. On compte pas moins de sept modes de conduite dans le Kia Telluride 2020, dont des réglages pour les surfaces sableuses ou boueuses. Dommage pour les programmeurs et les ingénieurs ayant travaillé sur ce système, puisque la plupart des conducteurs n’utiliseront presque jamais ces réglages, et s’aventureront encore moins hors des sentiers battus.

Bien que le Telluride propose une foule de caractéristiques de sécurité avancée, il faut avouer que le système de prévention de sortie de voie s’avère un peu trop intrusif. Sur l’autoroute, on sent le volant constamment apporter des corrections entre nos mains, ce qui distrayant et franchement irritant. Et quand la chaussée est glissante, on a besoin d’une pleine sensation de la direction, n’est-ce pas? On a beau essayer de tolérer le système dans les produits Hyundai et Kia, au bout de deux jours, on finit par le désactiver.

La cerise sur le sundae, c’est le prix. Se détaillant à partir de 44 995 $ avant les frais de transport et de préparation, le Telluride profite d’une longue liste de caractéristiques, allant même jusqu’à des sièges chauffants et ventilés à l’avant et à la deuxième rangée, un toit ouvrant panoramique, une chaîne audio Harman/Kardon et un système multimédia avec écran tactile de 10,25 pouces. Même tout équipé, le gros VUS Kia ne dépasse pas les 55 000 $.

Si vous trouvez que c’est cher, considérez que les VUS de luxe similaires coûtent autant dans leur déclinaison de base que la version la plus cossue du Telluride, sans toutefois offrir davantage. À part peut-être une meilleure valeur de revente.

Relativement abordable, bien fini et doté d’une conduite agréable, le Kia Telluride 2020 figure parmi les meilleurs VUS intermédiaires à trois rangées de sièges en ce moment. Enfin, la marque coréenne semble avoir les qualifications nécessaires pour obtenir sa carte verte et travailler fièrement aux États-Unis, là où il séduira un grand nombre de familles.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut