Home / Essais Routiers / Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 : bonne taille, bon moment

Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 : bonne taille, bon moment


  • Le Volkswagen Atlas Cross Sport se détaille à partir de 38 995 $ avant les frais de transport et de préparation
  • Le rouage intégral figure de série au Canada, jumelé à un moteur quatre cylindres turbo de 235 chevaux ou un V6 de 276 chevaux
  • Le volume de chargement maximal est de 2 203 litres, surpassant celui de la plupart de ses concurrents

VANCOUVER, Colombie-Britannique – Alors que les VUS et les multisegments continuent de gagner en popularité au Canada et aux États-Unis, Volkswagen a trouvé une manière astucieuse et peu coûteuse d’occuper la catégorie des utilitaires intermédiaires à cinq passagers, délaissée lorsqu’il a abandonné la vente du Touareg en sol nord-américain. Il a simplement créé le Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 en utilisant tout simplement l’architecture et les composants mécaniques de l’Atlas.

Le Cross Sport est maintenant en vente chez les concessionnaires, et se mesurera aux Chevrolet Blazer, Hyundai Santa Fe, Ford Edge, GMC Acadia, Jeep Grand Cherokee, Honda Passport et Nissan Murano dans le segment des VUS intermédiaires à deux rangées de sièges. On peut aussi mentionner les versions de base du Kia Sorento ainsi que les Toyota 4Runner et Jeep Wrangler dans le groupe.

Le Volkswagen Atlas connaît un bon départ jusqu’à maintenant, et selon la compagnie, 88 % de ses acheteurs sont de nouveaux clients de VW, alors que l’âge médian de ceux-ci est de 41 ans, ou quelques années de moins que chez la concurrence. Cela signifie une toute nouvelle clientèle ou des conquêtes, ce qui est toujours appréciable.

Toutefois, il y a des consommateurs qui aimeraient bien un VUS intermédiaire, mais qui n’ont pas besoin d’une troisième rangée de sièges, et c’est pourquoi le Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 a été introduit. On s’attend à ce que les couples plus âgés, dont les enfants ont quitté la maison familiale, soient particulièrement séduits par cette version à cinq passagers du multisegment, signifiant évidemment une moyenne d’âge plus élevée.

En revanche, cela ne veut pas dire que le Cross Sport n’est pas idéal pour une famille – tout le contraire. Les occupants de la deuxième rangée profitent d’un grand dégagement pour les jambes et une atmosphère drôlement spacieuse, rehaussée davantage par le toit ouvrant panoramique, de série sur toutes les déclinaisons sauf celle de base.

À l’avant, il y a très peu d’indices démontrant que l’on prend place dans l’Atlas à cinq places plutôt que la version à six ou à sept passagers. Bon, il y a quelques différences, comme le nouveau volant arborant le logo épuré de la marque – le Cross Sport est le premier modèle en Amérique du Nord à en bénéficier – ainsi que des coutures uniques sur les panneaux de porte et des garnitures distinctes sur les sièges. Mais c’est à peu près tout. Le Volkswagen Atlas 2021, récemment révélé aux salons de Chicago et de Toronto, obtiendra certaines de ces améliorations aussi.

Les rhéostats et boutons ô combien familiers du système de climatisation sont toujours présents, qui sont franchement faciles à utiliser en conduisant. Alors que la version de base dispose d’un écran multimédia tactile de 6,5 pouces, les autres bénéficient d’un affichage de huit pouces, en plus de ports USB additionnels afin que tout le monde puisse garder les appareils portatifs chargés. L’excellente chaîne audio de marque Fender à 12 haut-parleurs n’est seulement disponible dans la version Execline, la plus cossue, ce qui est dommage.

Le Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 est plus court de 59 mm que l’Atlas 2021 à trois rangées – dont les pare-chocs redessinés ajoutent quelque 75 mm à la longueur hors tout au VUS par rapport au millésime 2020. Toutefois, les deux reposent sur le même empattement, et le Cross Sport propose une aire de chargement très logeable, avec un volume de 1 141 litres lorsque les places arrière sont occupées, et 2 203 litres avec les dossiers rabattus. C’est plus que dans la plupart des rivaux mentionnés plus tôt, similaire à ce que l’on trouve dans l’Acadia, mais moins que dans le caverneux Passport.

Les opinions peuvent évidemment varier d’une personne à l’autre, mais nous aimons bien le Cross Sport avec sa large posture et sa ligne de toit relativement basse, ainsi que ses arches de roues détaillées lui donnant un air robuste. Comme un Atlas à trois rangées qui s’est entraîné avec assiduité au gym pendant un an. Et dans cette catégorie, le côté robuste du design d’un VUS est tout aussi important que sa polyvalence.

Le rouage intégral est monté de série dans le Volkswagen Atlas Cross Sport 2020, alors que deux moteurs sont proposés. Le quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres développe 235 chevaux et un couple de 258 livres-pied dès les 1 500 tr/min, alors que le V6 de 3,6 litres produit 276 chevaux et 266 livres-pied.

Le 2,0 litres turbo suffit à rendre ce VUS de quelque 1 950 kg énergique, et bien qu’il soit relativement raffiné, il n’est pas aussi doux que le V6. Autrement dit, les couples conduisant principalement en ville peuvent être heureux avec le moteur à quatre cylindres, mais si le véhicule est fréquemment rempli au maximum de sa capacité, le six cylindres sera un meilleur choix. De plus, ce dernier peut remorquer jusqu’à 2 268 kg (5 000 lb) alors que la capacité du 2,0 litres est de 907 kg (2 000 lb).

Il n’y a pas de différences au chapitre du réglage des suspensions et de la direction entre les deux variantes de l’Atlas, alors même si le Cross Sport affiche le mot « sport » dans son nom, il n’est pas plus dynamique sur la route que l’Atlas régulier.

Ce qui serait merveilleux, ce serait de voir le Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 moins énergivore. Avec une moyenne combinée ville/route de 12,7 L/100 km, le seul rival consommant plus de carburant, c’est l’archaïque 4Runner. Même le moteur de 2,0 litres dans le VW est gourmand, avec une moyenne de 11,7 L/100 km, alors que sa concurrence à quatre pistons consomme entre 10,0 et 10,7. Quand même, Volkswagen Canada s’attend à ce que 30 % à 35 % des acheteurs choisissent le moteur de base dans leur Cross Sport.

Ce n’est pas notre seule critique à propos du Cross Sport. Quelques garnitures intérieures ont une apparence et un toucher bas de gamme, même si bon nombre de ceux-ci sont placés en dessous de notre champ de vision. Notre opinion pourrait être influencée négativement par le fait que le Touareg était un véhicule plus chic – mais plus cher aussi.

Son prix varie de 38 995 $ à 54 495 $ avant d’ajouter les frais de transport et de préparation de 1 885 $. Un ensemble décor R-Line est également disponible pour 1 690 $ supplémentaires. L’équipement de série comprend la surveillance des angles morts, le freinage autonome d’urgence et les sièges avant chauffants, mais la déclinaison V6 Comfortline à 47 395 $ nous semble constituer le meilleur achat, elle qui ajoute le régulateur de vitesse adaptatif, le climatiseur automatique bizone, le hayon à commande électrique et le volant chauffant.

En général, le Volkswagen Atlas Cross Sport 2020 est un VUS intermédiaire à cinq passagers très réussi. Il affiche une apparence sportive, il se conduit bien et propose beaucoup d’espace intérieur. Toutefois, et bien qu’il parvient à se démarquer dans son segment au chapitre du style, il n’est pas moins cher que ses concurrents, et finira par coûter plus cher en essence. En contrepartie, puisque l’Atlas à trois rangées se vend bien, on ne voit pas pourquoi la version à deux rangées ne le serait pas non plus.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut