Home / Essais Routiers / Essai routier Jeep Wrangler 2019

Essai routier Jeep Wrangler 2019

Il n’existe pas un modèle aussi reconnaissable sur la route que le Jeep Wrangler.

Pas dans cette gamme de prix du moins.

Le style robuste du Wrangler trahit ses aptitudes hors route, et ensemble ils en font l’un des modèles cultes de l’industrie automobile. Pour plusieurs consommateurs, c’est un Wrangler ou rien.

Cela peut occasionner des problèmes pour son constructeur. Jeep n’a pas besoin de vendre le Wrangler à ses adeptes loyaux, mais pour assurer la croissance de la gamme il faut aussi initier de nouveaux acheteurs qui n’auraient pas songé au modèle au préalable.

Des acheteurs qui recherchent le confort et l’espace de chargement ne seraient pas portés à jeter un coup d’œil au Wrangler. Ceux et celles qui n’ont aucun défi hors route à traverser à l’exception des nids-de-poule sur leur rue de banlieue n’ont pas de raison d’acheter un VUS capable de déconnecter ses barres antiroulis. Bref, pour la majorité des besoins, le Wrangler était jusqu’à sa refonte l’an dernier trop intense.

Or, la nouvelle génération s’est calmée quelque peu. On ne parle plus d’un VUS efficace uniquement loin des sentiers battus. Avec un habitacle redessiné et un comportement routier plus équilibré, le Wrangler est maintenant beaucoup plus agréable à conduire sur l’autoroute, sur un boulevard de quartier et en plein centre-ville de Montréal.

Toujours capable de surmonter à peu près n’importe quel obstacle, le Wrangler demeure un véhicule hors route redoutable. La différence, c’est qu’il n’oblige plus son conducteur à composer avec son côté robuste en tout temps. Nous retrouvons des technologies modernes dans la liste d’équipement, un habitacle qui est un peu moins rudimentaire et une conduite plus souple.

Ce n’est pas assez pour dissuader les puristes, mais c’est assez pour convaincre certains consommateurs d’acheter un Wrangler comme VUS de tous les jours au lieu d’opter pour un Cherokee Trackhawk ou encore un Volkswagen Tiguan. La nouvelle personnalité du Wrangler 2019 rendra aussi la vie très difficile au Toyota 4Runner, son rival direct.

Jeep Wrangler

2018 Jeep Wrangler Unlimited Sport | Photo: Olivier Delorme

Voici cinq choses que nous avons notées suite à notre essai routier du nouveau Jeep Wrangler 2019.

1) Il est beaucoup plus confortable, mais ne perd pas son côté musclé et sa personnalité un peu brusque. On ressent moins les bosses et les imperfections de la route et le cap est plus facilement maintenu sur l’autoroute.

2) Malgré son raffinement amélioré, on n’a pas l’impression que le Wrangler a perdu ce petit quelque chose qui le rend si unique. Sa position de conduite donne toujours au conducteur cette impression de dominer la route et bien que l’habitacle soit plus cossu, on remarque les attaches toujours visibles au niveau des portières et quelques autres éléments qui rappellent que nous sommes bel et bien dans un bon vieux Wrangler.

3) Le moteur Pentastar est vif et rapide à réagir. Développant 285 chevaux et 260 lb-pi de couple, il réagit dès que l’on appuie sur la pédale droite avec une force qui surprend. Le Wrangler ne donne jamais l’impression d’être lent et en surprendra plus d’un au moment d’accélérer ou de dépasser.

Jeep Wrangler | Photo: Matt St-Pierre

4) Nous avons essayé autant le Rubicon que le Unlimited Sahara et dans les deux cas, on se rend compte à quel point ces deux VUS peuvent passer partout. Le Rubicon est encore plus passe-partout avec sa boîte de transfert Rock-Trac, sa suspension plus robuste et ses essieux avant et arrière larges Tru-Lok, mais il est uniquement nécessaire si on compte affronter des sentiers hors route très exigeants sur une base régulière. Pour se rendre au chalet ou encore pour traverser une tempête hivernale en toute confiance, toutes les versions du Wrangler feront l’affaire.

5) Le nouveau Wrangler 2019 n’est pas donné. Offert à partir d’environ $33,000 pour un modèle à deux portes, un modèle Unlimited à quatre portes coûte au minimum 41 495 $. Un modèle Rubicon exige plus de 45 000 $. En d’autres mots, le Wrangler n’est pas donné et malgré toutes ses qualités, son prix pourrait en dissuader plus d’un.

Est-ce qu’il vaut la peine, par contre? La réponse est oui si vous êtes en mesure d’apprécier son allure carrée et ses capacités hors route phénoménale. Il est maintenant plus agréable à conduire aussi ce qui est un bonus. Il faut cependant vouloir un véhicule qui se démarque dans la circulation et qui peut aller à peu près n’importe où pour vraiment l’apprécier et payer la prime qu’il exige comparativement à un VUS plus normal.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut