Home / Actualités / Vaincre l’extrême au Subaru Ironman

Vaincre l’extrême au Subaru Ironman

Depuis toujours, le constructeur japonais Subaru s’est associé aux comportements extrêmes. Titulaires de nombreux championnats de rallye, partenaire de multiples événements de plein air, Subaru prône l’activité physique et le dépassement de soi. L’association avec l’Ironman allait donc de soi.

Subaru Ironman Mont-TremblantIl est 5 h 50 du matin. Le hall de l’hôtel grouille de visiteurs affolés, certains arborant des pancartes aux couleurs de leur être cher, d’autres affichant clairement leur numéro et leur combinaison de nage. Dans moins d’une heure s’amorcera le Ironman de Mont Tremblant, couronnant la 23e année d’association entre l’événement et le constructeur.

Sur le coup de 6 h 35, les professionnels masculins s’élancent dans le Lac Tremblant, sous les acclamations d’une foule nombreuse. Ils nageront 3,8 kilomètres, sauteront sur leur vélo pour 180 kilomètres et termineront le tout par un marathon de 42,2 kilomètres. Trois minutes après le départ des hommes, celui des femmes. Puis trois minutes plus tard les amateurs, par groupe d’âge. Jusqu’à ce que les 2700 participants inscrits se soient finalement lancés.

Le gagnant mettra 8 heures 17 minutes à compléter le parcours. D’autres finiront vers minuit, alors que quelques autres abandonneront en chemin. Mais tous relèvent un immense défi. « Ce n’est qu’une façon pour nous d’encourager les gens à se dépasser tout en faisant une activités physiques. Nous savons que c’est extrême, mais cela représente toute la confiance que nous avons en ces gens. C’est pour cette raison que nous sommes ici, pour les supporter », a expliqué Joe Felstein, responsable du marketing pour Subaru Canada qui assistait pour la première fois à l’événement en direct, malgré des années de support.

« Je serais incapable de franchir ce genre de défis, mais j’admire ceux qui le font », poursuit-il.

Parmi ceux qui l’ont fait, mais qui ont désormais tourné la page, la professionnelle Lisa Bentley. Véritable Wayne Gretzky du Ironman, elle a pris part à 33 épreuves et remporté 11 fois la victoire. Chez les professionnelles, elle ne s’en cache pas, c’est Subaru qui l’a aidé à atteindre ses objectifs. Elle tente aujourd’hui d’aider les autres à faire de même.

« J’entraine quelques athlètes, et je me sers de ma notoriété dans le milieu pour promouvoir le Ironman. S’il est vrai que c’est un exercice extrême, cela procure une sensation d’accomplissement difficile à remplacer. Aujourd’hui, à la retraite, je cherche quelque chose d’aussi stimulant, et à part de trouver un remède pour le cancer, et ce n’est pas moi qui vais le faire, je cherche encore l’expérience ultime », explique-t-elle en dévorant sa salade verte sans accompagnement alors que votre humble serviteur se sent coupable de manger du foie gras à ses côtés.

« Pour vivre de l’Ironman, il faut être un peu bizarre et on le reste toute notre vie. Mais c’est un défi que beaucoup de gens peuvent surmonter et j’espère les aider », conclut-elle.

23 heures. La dernière heure, au moment où les derniers participants franchissent la ligne d’arrivée, épuisés mais heureux et satisfaits d’avoir réalisé leur rêve. « C’est pour cette dernière heure, pour permettre à tout le monde d’atteindre ses objectifs, que Subaru continue d’endosser cet événement », termine à son tour Joe Felstein.

DSC_3383

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut