Home / Essais Routiers / Lincoln MKX, la véritable personnalité Lincoln

Lincoln MKX, la véritable personnalité Lincoln

Quand, pour la dernière fois, avez-vous pris le volant d’un véhicule Lincoln, et en avez-vous éprouvé le moindre plaisir? Pas que les nouveautés Lincoln soient mauvaises, bien au contraire. Le petit MKC par exemple, est un véhicule intéressant et bien pensé.

Lincoln MKX 2016En fait, le problème, c’est qu’actuellement tous les Lincoln sont de simples Ford en robe de soirée. On y a intégré un peu de luxe, un peu de finition, mais on a la sensation troublante de ne pas encore être tout à fait à la hauteur de ce que Lincoln nous promet : une expérience unique.

Voilà qu’arrive le nouveau MKX, le multisegment de moyenne gamme de la famille. Cette fois cependant, pas de confusion possible : nous sommes bien au volant d’un véritable Lincoln. Enfin diront certains, puisqu’il y a quelques années que Ford a décidé de relancer la bannière et qu’on n’arrivait toujours pas à se distinguer.

Réglons la chose tout de suite : le MKX est construit sur la même plateforme que le Ford Edge dont il partage aussi la taille. Mais un saut dans le MKX nous fait rapidement oublier la ressemblance.

Luxe et confort

Ce qui devrait distinguer Lincoln, c’est son aura de voiture de prestige. On avait bien réussi jusqu’à maintenant à offrir quelques habitacles luxueux, mais sans atteindre véritablement le prestigieux niveau de la concurrence. Pas cette fois….

L’habitacle du MKX est à la fois confortable, bien aménagé, et dégage la petite odeur d’aristocratie que l’on espérait. La qualité de l’assemblage intérieur est sans reproche, les définitivement plus nobles que par le passé, et le design sans reproche.

Les matériaux souples sont abondants, éliminant la sensation de mauvaise qualité qui se dégage trop souvent des véhicules n’ayant pas encore franchi la barre des autos de prestige. L’aménagement est bien pensé, spacieux comme il se doit, et facile d’utilisation. Même ce désormais célèbre multimédia en vigueur chez Ford se manipule avec une certaine aisance, une fois que l’on a maitrisé la totalité des boutons et des commandes, présentes aussi bien dans l’écran d’information centrale que dans le tableau de bord devant les yeux.

Une note exceptionnelle pour l’insonorisation de l’habitacle qui, une fois la porte fermée, rend la cabine feutrée et accueillante. Un système électronique d’annulation des sons ambiants (des micros sont installés au plafond, et des sonorités aux ondes sonores inverses aux sons captés sont émises à partir de haut-parleurs dissimulés) permet de pousser encore plus loin cette discrétion.

Quant au système sonore Revel, il est tout simplement exceptionnel. On se croirait véritablement dans une salle de concert. En fait, la sonorité était tellement exceptionnelle que même la musique pop la plus légère trouvait une nouvelle grâce à  nos oreilles.

Mais, car il y a un mais…. Voici la chance légendaire de l’essayeur. Les 75 premiers kilomètres se sont déroulés avec un son parasite assourdissant, provenant probablement du système d’annulation des sons ambiants. Le parasite a fini par disparaitre, mais il a rendu considérablement  moins agréable le début de la randonnée. Un petit problème technique, anecdotique certes, mais qui démontre bien les dangers d’une surabondance de systèmes embarqués.

Autre bémol aussi, les sièges dont les réglages dans 22 positions différentes, incluant le massage du dos ou du popotin, ne sont pas aussi confortables qu’on pourrait le souhaiter. En fait, ils le sont… si on parvient à trouver la bonne position de conduite, ce que j’ai eu toutes les difficultés du monde à faire même après plusieurs heures au volant. Confortables oui, mais un peu trop complexes aussi.

Une mécanique enlevante

Sous le capot de ce MKX se retrouve le moteur turbo Ecoboost V6 3,7 litres de plus de 303 chevaux. Un moteur souple, véritablement économique et vif en accélération. Sur les routes de campagne, en ville ou sur autoroute, il répond avec une aisance agréable, sans ronchonner ou augmenter son niveau de vibration.

Prudence cependant quand on embraye la marche arrière. La pédale d’accélération devient alors nerveuse, trop nerveuse, et rend difficile les manœuvres précises malgré la présence de caméra à l’arrière et tout autour de la voiture pour une vision 360 degrés.

La qualité la plus grande de ce MKX cependant réside probablement dans ses suspensions. Impressionnantes, elles absorbent tous les hasards de la route sans même transférer le moindre inconfort aux occupants. Même en conduite un peu plus dynamique, elles affichent une stabilité étonnante, éliminant pratiquement tout transfert de poids.

Conclusion

Luxueux, bien assemble, le Lincoln MKX a bien encore quelques petits défauts. Soyons cependant sincères : il est le premier véritable véhicule d’une lignée de prestige qui, on l’espère, redeviendra l’apanage de la marque Lincoln.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut